Hier soir, en regardant la télé avec mon Doudou, sa main zappe frénétiquement sur la télécommande et nous tombons sur la 2ème chaîne, qui passe Envoyé Spécial... J'aime beaucoup leurs reportages, je les trouve très intéressants... Nous rigolons bien durant un reportage détaillant la vie des gens qui passent leur vie à faire des castings, le ton du commentateur est satyrique, c'est vraiment drôle. Puis le reportage s'achève, et on nous annonce un reportage qui commence comme suit:

Les cosmétiques: Nous sommes des millions à en utiliser chaque jour . Les Français sont champions du monde : nous dépensons chaque année près de 200 euros par personne (source Insee) en parfum, produits de soins et de beauté. Mais que savons-nous de nos crèmes, shampooings, laits, lotions...? Comment sont-ils fabriqués ? Certains ingrédients pourraient-ils être dangereux pour la santé ?

Alors là ça m'intéresse!!!!!!! Mon doudou continuant de zapper comme un malade, je décide de monter regarder le fameux reportage à l'étage... J'ai été sidérée par ce que j'ai vu!!!  Les déodorants filent le cancer, les shampooings et autres crèmes, tous autant qu'ils sont, contiennent TOUS des substances qui ont été reconnues cancérigènes, et les industriels continuent de nous les infliger!!!! Même les produits pour bébés contiennent une masse importante de produits chimiques nocifs pour la santé!

Plus que jamais je suis heureuse de faire mes cosmétiques moi-même, même si bien sûr je ne peux pas tout fabriquer moi-même (malheureusement...)Je suis bien décidée à continuer encore et encore de faire mes propres produits, et de plus en plus même! A bon entendeur...

Mon texte vous plait? Super! Mes recettes aussi? Tant mieux! Mais je vous demanderais de mettre un lien vers mon blog plutôt que de recopier mes textes ou mes recettes sans mentionner leur origine, car comme toute oeuvre originale, ce que j'écris sur ce blog est protégé par le droit d'auteur...Plus d'infos? Allez faire un tour ici pour en savoir plus sur les droits d'auteur...Droit et Internet par Sébastien Canevet